Avertissement : cet article ne peut être lu par des enfants de moins de 18 ans. Avis aux âmes sensibles.

            Octobre 1929 et depuis Février, la ville de Dusseldorf souffre d’un étrange mal. Quel est ce mal ?

Il faut noter et ne pas oublier que cette période est le commencement de la crise du krack boursier de Wall Street.

Huit prostitués sont sauvagement assassinées dans les bas-fond de la ville. Ces meurtres ressemblent étrangement au cas de Jack l’Eventreur sauf que les victimes ont le crâcalan02ne fracassé à coup de marteau avant de subir d’atroces mutilations : oreilles tranchées, lèvres coupées et cuir chevelu scalpé.

La police n’a aucune piste et l’enquête traine. Bien que celle-ci avait évité de donner à la presse des détails sordides sur ces mutilations, une rumeur grandit parmi la population. Cette rumeur est : les prostitués sont assassinées par un homme qui s’abreuve de leur sang.

La première victime se nomme Appolonia Kuhn. Elle est retrouvée baignant dans son sang, mais vivante le 03/02/29. Elle a été agréssée par un homme, frappée de 23 coups de ciseaux dans la poitrine et au visage et l’agresseur a essayé de l’atteindre aux tempes.

La seconde victime se nomme Rudolph Sheer. Le 13/02/29 au soir, il revient d’une soirée bien arosée, et est retrouvé mort dans la rue. Son corps est criblé de 26 coups de ciseaux, une de ces deux tempes sont percés et dont l’agresseur a aspiré la totalité de son sang. Mais vu l’état d’ébriété avancé le « vampire » a regurgité ce qu’il avait bu.

La troisième victime, le 10/03/29 : un corp d’une fillette trouvée dans un chantier. Jambes carbonisées, crâne porte de nombreux coups de ciseaux, oreilles coupées et éventrée. Elle est vidée de son sang par son agresseur.

Difficultés de dresser un portrait du tueur en série par la police puisqu’il n’y a aucun lien entre les victimes sauf l’obsession des tempes.

Les meurtres et les agressions vont continuer. Certaines femmes sont violées, d’autres laissées pour morte. On ne connaît pas exactement le nombre de victimes puisque celles-ci étaient surtout des prostitués.

Vu la méfiance de la population, il a trouvé une façon radicale d’aborder ses victimes avec un lasso.

La panique s’installe dans la ville de Dusseldorf. Et bien entendu, tous les soirs les rues se vident.

En Juillet, coup de théâtre ! La police annonce avoir arrêté le « vampire ». Il s’appelle Johann Stausberg et a tout avoué lors de son interrogatoire. Il ne sera pas jugé mais seulement placé en asile psychatrique.

Mais le mois d’Août, les meurtres reprennent.
Le 21/08/29, 3 personnes agréssées en 2 heures.

Le 24/08/29, 2 petites filles sont trouvées poignardées. Il faut noter que l’aggresseur a changé d’arme.

A partir de là, le nombre d’agression et la fréquence des meurtres vont aller crescendo jusqu’en Mai 1930.

Et oui, tout à une fin ! C’est un élan de gentillesse qui va causer la perte du « Vampire de Dusseldorf ». Peter Kürten.

Sa future victime se fait agresser à la gare par un homme, ils s’interpose. L’homme se retire et il l’invite la jeune femme à prendre une verre chez lui. Une fois chez lui, il devient entreprenant mais la jeune femme le repousse. Il la serre à la gorge puis lache prise. Elle est partie et ne portera pas plainte. Malgré tout, elle écrit ce qu’elle a vécu à sa meilleure amie. Cette lettre sera lue par une voisine de cette amie qui a permis de faire le rapprochement avec le « Vampire ». Perter Kürten est arrété. Il a un cassier judiciaire car il a tué son camarade à l’âge de 9 ans.

Il avoue les meutres, se délecte des détails macabres lors de son procès. Il est condamné à la guillotine et est exécuté le 2/07/31. Sur l’échafaud ses dernières paroles sont : « J’espère seulement que j’aurai le temps d’entendre le sang jaillir de mon corp » …